Scripts propres sous Gentoo

Il est souvent lourd de devoir rééditer ses fichiers de configuration lorsque il y a comme par exemple dans “/etc/conf.d/modules”, une multitude de modules et que nous ne souhaitons pas avoir tout sur une seule ligne, ce qui est laid, lourd et vraiment énervant à editer.

Pour ça, il existe un moyen simple d’organiser le chargement par des modules en fesant de petits groupes de modules.

Exemple:

  • video_mod=”nvidia”
  • crypto_mod=”generic_aes aes michael_mic pcbc”
  • vmware_mod=”vmmon vmblock vmnet”

et pour les appeler dans “modules”, il suffira de faire

modules=”${video_mod} ${crypto_mod} ${vmware_mod}”

C’est plus simple lors d’une future recompilation ou modification de vos modules de les trier comme ceci. Ca devient dés lors simple et lisible de savoir ce que l’on veut charger au boot ou pas et le fichier de configuration reste pleinement valide.

Ceci a été testé avec OpenRC et Baselayout2 (travail de Roy Maple).

Snmp4J – ebuild

Et bien voila,

je viens de terminer les ebuilds pour Snmp4J, une bibliothéque Open Source sous license Apache 2.0 pour travailler avec du snmp. Elle est bien documentée, fonction sur une base événementiell et se prend en main assez rapidement comme la plus part des packages pour java.

Disponnible sur bugs.gentoo.org : ici
Ou sur la zone51 : ici

OpenRC + Baselayout 2

Voici un projet initié par Roy Marples alias UberLord qui a fait un excellent travail avec ce script de RC programmé en C et “Unix-Compliant”. Grace à lui, votre machine démarre de 1 à 3 fois plus vite selon la configuration.

Pour pouvoir installer OpenRC,
il faut en premier lieu installer “layman”,
et installer “git”,
pour enfin ajouter l’overlay de openrc comme ceci : “layman -a openrc”.

Ensuite il ne vous reste plus qu’a faire “emerge -uDNav openrc” et vous voila parti pour 5 à 6 minutes d’installation grand maximum, il faudra juste penser que certains des fichiers de configuration sont “useless” tel que le bon vieux “/etc/modules.autoload/kernel-2.x” qui est remplacé par “/etc/conf.d/modules”. OpenRC ne vous manquera pas de le faire remarquer à la fin de l’installation dans les explications “post-install”.

Merci Roy pour ce travail très abouti !

Blog de monsieur

Installer Tomcat et Netbeans sous Gentoo

Pour commencer, il faut :

  • netbeans
  • sun-jdk
  • tomcat
  • apache

ensuite après avoir fait l’installation des différents logiciels,
il faudra effectuer certaines modifications manuelles pour permettre à Netbeans de pouvoir interagir avec Tomcat.
Voici donc la procédure pour permettre l’interaction Tomcat et Netbeans.

  1. Placez vous dans le dossier /usr/share/tomcat-x.y (x et y représentant la version de tomcat souhaitée), ensuite, créez un lien symbolique nommé “conf” pointant sur /etc/tomcat-x.y comme ceci “ln -s /etc/tomcat-x.y conf”.
  2. Modifier les droits utilisateurs de votre compte pour l’inclure dans le groupe tomcat par la commande suivante “usermod -g tomcat votre_utilisateur”.
  3. Modifier maintenant les comptes d’accès à tomcat. Pour à§a, il va falloir éditer le fichier /etc/tomcat-x.y/tomcat-users.xml et y ajouter 2 rôles et un utilisateur :
    1. <role rolename=”admin”/>
    2. <role rolename=”manager”/>
    3. <user username=”Votre_utilisateur” password=”Votre_mot_de_passe” roles=”manager,admin”/>

En dernier lieu, il faudra ajouter le serveur dans votre outil de travail comme ceci :

  1. Cliquez sur “Add Server”, choisissez votre version de tomcat et validez.
  2. Dans Catalina Home mettez /usr/share/tomcat-x.y,
    et dans User, votre utilisateur,
    et dans Password, votre mot de passe.

Validez votre configuration et voilà , votre serveur tomcat est maintenant utilisable via l’interface de Netbeans.

Xorg 7.3 et les drivers propriétaires !

Ahh que ne serait pas la vie sous Linux sans avoir envie de raler sur les drivers de Nvidia et de Ati qui sont des drivers fermés !

Aujourd’hui, en faisant mon eix-sync, j’ai pu remarqué que nous passions de la version 7.2 à la version 7.3 de X.org. Chouette me dis je, mais en discutant sur le channel #tribugentoo, j’apprends que l’ABI de X11 vient d’ètre modifié et que les drivers binaires de ATI et de NVIDIA ne seront pas compatibles. N’écoutant que mon envie folle de voir les différence de xorg-server 1.4, je me lance dans un petit emerge –oneshot xorg-server et je découvre les joies des drivers “cassés” et du non fonctionnement complet de Xorg, qui ne veut mème plus démarrer avec les drivers nv. Donc je décide de repasser en xorg-server 1.3. Mais non sans mal, en premier lieu, il faut “re-emerger” x11-proto/renderproto en version 0.9.2 car pour réinstaller la version 1.3 de xorg-server, il faut obligatoirement avoir ces librairies là . Après, vous pourrez réinstaller xorg-server-1.3 et ensuite recompiler les drivers de X11.

Je remercie donc NVIDIA et ATI de ne pas fournir de drivers complément ouverts pour permettre à tous les utilisateurs de pouvoir passer à X.org 7.3 sans attendre que les développeurs ne compilent avec le nouvel ABI, les drivers !

I Like Zsh

The Z shell (zsh) is a Unix shell that can be used as an interactive login shell and as a powerful command interpreter for shell scripting. Zsh can be thought of as an extended bourne shell with a large number of improvements, including some of the most useful features of bash, ksh, and tcsh.

The first version of zsh was written by Paul Falstad in 1990 when he was a student at Princeton University. The name zsh derives from Zhong Shao, then a teaching assistant at Princeton University. Paul Falstad thought that Shao’s login name, “zsh”, was a good name for a shell.

Features of note include:

  • Programmable command line completion that can help the user type both options and arguments for most used commands, with out-of-the-box support for several hundred commands
  • Sharing of command history among all running shells
  • Extended file globbing allows file specification without needing to run an external program such as find
  • Improved variable/array handling
  • Editing of multi-line commands in a single buffer
  • Spelling correction
  • Various compatibility modes, e.g. zsh can pretend to be a Bourne shell when run as /bin/sh
  • Themeable prompts, including the ability to put prompt information on the right side of the screen and have it auto-hide when typing a long command
  • Fully customizable

Attesting to the sheer size of this shell is the first sentence of the shell’s manual page, which reads “Because zsh contains many features, the zsh manual has been split into a number of sections”, and then goes on to list thirteen items.